Connaître La Maçonnerie

  1. La Franc-Maçonnerie universelle et ses principes

  2. Origine de la Franc-Maçonnerie

  3. Le secret maçonnique

  4. De la reconnaissance et de la régularité

1. La  Franc-Maçonnerie Universelle et ses principes

La Franc-Maçonnerie est un ordre initiatique  traditionnel et universel fondé sur la Fraternité

Elle constitue une alliance d’hommes libres et de bonnes mœurs, de toutes origines,
de toutes nationalités et de toutes croyances.

La Franc-Maçonnerie a pour but le perfectionnement moral de l’humanité.

A cet effet, les Francs-Maçons travaillent à l’amélioration constante de la condition
humaine, tant sur le plan spirituel que sur le plan du bien-être matériel.

Les Francs-Maçons se reconnaissent entre eux comme Frères et se doivent aide et
assistance, même au péril de leur vie.  Ils doivent,  de même, porter secours à
toute personne en danger
.

Dans la recherche constante de la vérité et de la justice, les Francs-Maçons
n’acceptent aucune entrave et ne s’assignent aucune limite.

Ils respectent la pensée d’autrui et sa libre expression, Ils recherchent la conciliation
des contraires et veulent unir les hommes dans la pratique d’une morale universelle
et dans le respect de la personnalité de chacun. Ils considèrent le travail comme un
devoir et comme un droit.

Les Francs-Maçons doivent respecter les lois et l’autorité légitime du pays dans
lequel ils doivent et se réunissent librement.

Ils sont des citoyens éclairés et disciplines et conforment leur existence aux impératifs
de leur conscience.

Dans la pratique de l’Art, ils veillent au respect des règles traditionnelles, us et coutumes
de l’Ordre.

Les Francs-Maçons, dans la poursuite d’un même idéal, se reconnaissent entre eux par
des mots, signes et attouchements qu’ils se communiquent traditionnellement en
loge au cours des cérémonies initiatiques.

Ces mots, signes et attouchement, de même que les rites et les symboles ,
font l’objet d’un secret inviolable et ne peuvent être communiqués à quiconque n’a
pas qualité
pour les connaître.

Chaque Franc-Maçons est libre de faire ou de ne faire état de sa qualité,
mais il ne peut dévoiler celle d’un frère .

Les Franc-Maçons s’associent entre eux pour constituer, conformément à la
tradition maçonnique, les collectivités autonome qui prennent nom de Loges.

Toute Loge se gouverne conformément aux décisions prises par la majorité des
Maîtres Maçons réunis en Tenue d’obligation, mais elle ne peut s’écarter des principes
généraux de la Franc-Maçonnerie ni des Lois de l’obédience à laquelle  elle appartient .

Les Loges   se groupent en Grandes Loges , Puissances nationales et indépendantes ,
gardiennes de la Tradition, exerçant juridiction exclusive et sans partage sur les trois
grades de la Franc-Maçonnerie : ceux d’Apprenti , de compagnon et de Maître .

Les Grandes Loges se gouvernent conformément aux principes traditionnels de
l’Ordre Universel, à leurs  propres constitutions et aux lois qu’elles se sont
régulièrement données.

Elles respectent la souveraineté et l’independance des autres puissances maçonniques
et s’interdisent toute ingérence dans leurs affaires intérieures .

Elles entretiennent entre elles des relations nécessaires à la cohésion de l’Ordre Universel .

Elles concluent librement des traités et des alliances fraternelles entre elles, mais ne
reconnaissent aucune autorité maçonnique nationale ou internationale supérieure à leur .

Elles décident souverainement de leur réglementation et assurent leur administration ,
leur justice et leur discipline intérieure.

Ainsi est maintenu le caractère universel de l’Ordre Maçonnique dans le respect de
la personnalité de chaque corps maçonnique national, dans celui de l’autonomie de
chaque Loge et dans celui de la liberté individuelle de chaque Frère, afin qu’entre tous
les Francs-Maçons règnent l’Amour, l’Harmonie et la Concorde .

 

2. Origine de la Franc-Maçonnerie

L’histoire de La Franc-Maçonnerie peut se diviser en trois périodes :

Il a existé tout d’abord une Maçonnerie dite opérative , qui ne comportant
que des gens des métiers de la construction.

Dans un deuxième  temps, ces loges vont recevoir des hommes étrangers au
métier mais de qualité, qui deviendront des Macons Acceptés.

Enfin , les loges perdront tout caractère opératif, pour devenir purement spéculatives.

Il convient de rappeler rapidement ce qu’est la Maçonnerie du métier.
Elle est liée à la construction , il faut noter que des , de tous temps , les batisseurs
ont eu le sentiment de faire œuvre  sacrée . Citons , au sujet des batisseurs
de cathédrales , ces lignes d’Albert Lantoine, historien de la Franc-Maçonnerie.

Cet Art qui consistait à proportionner les diverses parties d’un monument, à dresser
des flèches et des clochers audacieux , à  courber de voutes grandioses, sur lesquelles,
le son , loin de s’atténuer, prenant une ampleur plus harmonieuse, semblait un art
magique.

Ces Maçons opératifs se déplaçaient de ville et n’avaient pas de local permanent .
Ils utilisaient, pour entreposer leurs outils, se réunit , s’instruire, préparer leur travail ou
se détendre, des locaux appelés Loges . on les appelait Francs-Maçons parce
qu’ils n’étaient pas assujettis à un fief. Ils étaient francs, c’est à dire libres
.

Les obligations des Francs-Macons opératifs deviennent Loi morale, les
outils de la consruction deviennent des symboles, et la promotion sociale
des ouvriers se transpose en amélioration morale, spirituelle et matérielle
de la société. 

 

3. Le Secret Maçonnique 

Le secret maçonnique  est avant tout de nature spirituelle, et ne recouvre aucune
complot ni affairisme.

En premier lieu, il réside dans le caractère absolument incomminicable de l’expérience
initiatique. L’avoir vécu est toujours indispensable et il ne peut être restitué par un
discours rationnel.

Pour être authentique et efficace , cette expérience initiatique ne peut exister qu’entre
gens pratiquant la même règle, se réclamant d ‘une tradition commune, ce qui conduit
à exclure des lieux où elle se pratique  toute personne qui ne s’est pas engagée
dans ce chemin
.

Le secret maçonnique est requis de Franc-Maçon sur deux points essentiels:

  Le contenu de l’initiation pour les motifs qui viennent  d’être exposés .

  La qualité maçonnique d’autrui. En effet, si chaque Franc-Maçon est libre
de faire ou pas état de son appartenance maçonnique , il ne doit jamais faire état
de celle d’autrui.

 

4. De La Reconnaissance et de La Régularité

On entend  souvent parler, autant parmi les Francs-Maçons qu’à l’extérieur de la
Franc-Maçonnerie , de régularité et de reconnaissance. Comme nombre de gens
confondent ces deux notions ou ne savent pas ce qu ‘elles veulent dire, une brève
explication paraît utile.

La Régularité est le respect d’un certain nombre de critères qui rendent une Loge- ou
une Obédience- réellement Maçonnique . Cette régularité  les différencie des très
nombreuses imitations de Franc-Maçonnerie qui ont sévi au cours des siècles et qui
existent encore de nos jours. Les critères de la régularités’inspirent surtout des
Anciennes Charges des Constitutions d’Anderson de 1723. Pour être
Maçonniquement régulière, une Loge doit :

1.        Réunir dans un lieu, dont l’entrée est reservée aux seuls Maçons, des hommes
libres et de bonnes mœurs , travaillant un rituel traditionnel inspiré par les textes
bibliques ayant trait à la construction du Temple de Jérusalem et aux
personnages majeurs qui y prirent part

2.        L’interdire en son sein tout débat politique ou religieux et travailler sous
l’invocation et à la Gloire du Grand Architecte  de l’Univers, en présence de
l’Equerre, du Compas et du Volume de la loi Sacrée.

3.        N’admettre en son sein que des hommes ayant fait preuve de leurs qualités
humaines et de leur capacité de s’améliorer, sans discrimination de religion,
de fortune, de position sociale ou d’origine ethnique . Ces hommes sont
individuellement initiés par l’entremise d’un rituel basé sur le texte biblique.

Pour qu’une Grande Loge soit régulière elle doit, en plus de ceci. :

  1.  Soit exister de temps immémorial , c'est-à-dire depuis avant 1717, ou avoir été
    créée par une patente provenant d’une grand Loge régulière.

  2.  Avoir été constitué par au moins trois Loges provenant d’une obédience régulière  

  3.  Etre totalement indépendance de toute autre Puissance Maçonnique
    nationale ou étrangère, de tout système ou part politique et de toutes religion
    ou église .

La reconnaissance par contre est un accord administratif intervenant entre deux
obédiences maçonniques, par lequel ces obédiences s’engagent a reconnaître les
degrés octroyés par l’une et par l’autre et a permettre les visites mutuelles des membres.
Cet  accord purement politique ne donne aucune indication quant à la régularité
de l’une ou de l’autre des obédiences concernées . Il est courant que des obédiences
régulières et irrégulières selon les critères plus haut, soient liées ensembles
par des accords de reconnaissance mutuelle.